A l’école grecque avec les réfugiés

 

Il y a quelques mois, Marziyeh, une Afghane de 13 ans, et Amar, un Syrien de 12 ans, ont fui leur pays. En exil en Grèce avec leur famille, ils ont enfin pu retourner à l’école. Nous avons suivi le début de leur nouvelle vie.

TEXTE ET PHOTOS : MARINA RAFENBERG

Reportage publié en novembre 2016 dans le “Monde des Ados“.

page-1-monde-des-adospage-2-monde-des-ados

Sur le chemin du collège, Marziyeh, 13 ans, papote avec son amie Nazanin. Les deux Afghanes se rendent au collège interculturel d’Elliniko. Nous sommes à Athènes, la capitale de la Grèce. Elles y apprennent le grec et suivent le même programme scolaire que les jeunes grecs. À 8h30, la sonnerie retentit, Marziyeh rejoint sa classe d’anglais. Elle sort son cahier offert par un bénévole. La professeure apprend aux élèves à se présenter : “Comment tu t’appelles ?”, ”Quel âge as-tu ?” Afghans, Syriens, Albanais, Pakistanais… les enfants viennent des quatre coins du monde.

 

Marziyeh a débarqué il y a huit mois à Lesbos, une île grecque située à quelques kilomètres de la Turquie. Elle a traversé de nuit la mer Méditerranée, sur un canot surchargé avec une quarantaine de personnes : “J’étais avec ma famille, j’étais effrayée, confie-t-elle. Ce voyage restera gravé dans ma mémoire.” Transférés ensuite dans la banlieue d’Athènes, la capitale grecque, ils ont rejoint le camp d’Elliniko, installé dans un ancien stade olympique. Aujourd’hui, il abrite près de 3 000 personnes ! Désormais, elle vit chiche- ment dans une tente installée par les Nations unies : “À l’intérieur, il fait très chaud la journée et très froid le soir.”

Devenir médecin

dsc_0342

Marziyeh, 12 ans, va au collège interculturel d’Elliniko. Le soir, retour au camp. MR.

Marziyeh rêve déjà de devenir médecin. “Je suis venue en Europe pour continuer mes études. En Afghanistan, quand tu es une fille et que tu veux étudier, c’est difficile, soupire-t-elle. Des hommes ont déjà jeté des pierres à mes sœurs lorsque nous nous rendions à l’école à Kaboul.” Depuis un an, à cause de son périple jusqu’en Grèce, elle a arrêté les cours. Elle les reprend donc avec joie : “J’adore apprendre et étudier le grec !” Marziyeh, qui a déjà été à l’école pendant sept ans, a de bonnes bases. Mais ce n’est pas le cas de tous ses camarades. Mohammed, qui vient aussi d’Afghanistan, a grandi en Iran. Il était obligé de travailler dans une usine. Cette année, il met pour la première fois les pieds à l’école… à 16 ans : “Une nouvelle vie commence !”, se réjouit-il. Il est 13h, et pour Marziyeh, c’est le moment de rentrer au camp. Après une heure de trajet en bus et métro, elle mange, fait ses devoirs. À 18h, elle est prête pour prendre des leçons d’anglais dispensées à l’intérieur du camp par des bénévoles. La jeune fille ne manque pas de motivation !

Oublier le passé

dsc_0358

Dans la classe d’Amar, à l’école publique 132°d’Athènes. MR.

Les enfants réfugiés ne trouvent pas tous une place dans les écoles interculturelles. C’est ce qui est arrivé à Amar, 12 ans, arrivé de Damas, en Syrie, avec sa mère. Il vit dans un autre quartier d’Athènes et va dans une classe avec des enfants grecs. Il y reste de 14h à 18h, pour des cours supplémentaires destinés aux réfugiés.

“Je ne comprends pas tout, confie-t-il en arabe. Mais j’ai le soutien des élèves. Rachid, qui vient aussi de Syrie, vit ici depuis plus longtemps que moi. Comme il sait bien parler le grec, il m’aide beaucoup. Mes professeurs me donnent aussi des documents traduits en arabe ou en anglais.”

Amar espère dans quelques mois retrouver son frère en Angleterre. Entretemps, il veut oublier la vie en Syrie : “Les derniers mois à Damas, je n’allais pas à l’école. Mes parents avaient trop peur des bombardements…” 􏰀

La Grèce, terre d’accueil

AU SUD DE L’EUROPE

􏰁Plus de 60000 réfugiés vivent en Grèce : ce sont en majorité des Syriens qui ont traversé la mer Méditerranée. Ces migrants, qui ont fui la guerre, ont cherché à rejoindre l’Europe, malgré les dangers du voyage.

􏰁 Ils sont bloqués en Grèce, vivant dans des conditions très dures. Selon un accord migratoire négocié au printemps entre pays européens, les migrants devaient être redirigés ailleurs en Europe. Mais les États ne se précipitent pas pour les accueillir.

MOBILISATION POUR L’ÉCOLE

􏰁Depuis la rentrée, le gouvernement grec a scolarisé 18 000 enfants réfugiés. Il y avait urgence, car, selon l’ONG “Save the Children”, ils n’ont en moyenne pas été scolarisés depuis un an et demi, et plus d’un sur cinq n’a jamais mis les pieds en classe. 􏰁L’État grec, en dépit de ses difficultés financières, a décidé d’embaucher près de 800 professeurs de grec et a mis en place des cours de soutien l’après-midi.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s