« La Grèce va récupérer 2,5 Mds€ d’impôt »

Panagiotis Nikoloudis, le ministre grec anticorruption, explique que, grâce à une coopération entre l’Etat et les banques, son pays a les moyens de lutter contre la fraude.

Propos recueillis par Marina Rafenberg pour Le Parisien | 06 Avril 2015

C’est une première en Grèce et surtout un poste clé. Panagiotis Nikoloudis est ministre anticorruption dans le gouvernement d’Alexis Tsipras. Sa priorité est de lutter contre la fraude fiscale. Un enjeu important pour renflouer les caisses alors qu’hier, à Washington, Yanis Varoufakis, le ministre grec des Finances, rencontrait Christine Lagarde, la directrice générale du FMI, pour discuter des réformes en cours.

Car la Grèce reste embourbée dans de longues négociations avec Bruxelles afin d’obtenir le versement d’un prêt vital pour le pays.

Comment luttez-vous contre la fraude fiscale ?
PANAGIOTIS NIKOLOUDIS. Nous avançons lentement mais sûrement. Pour la première fois depuis 1974 (NDLR : renversement de la dictature des colonels), l’Etat grec a réussi à identifier où sont cachés les revenus qui doivent être fiscalisés. Lorsque j’étais à la tête de l’autorité contre le blanchiment, j’avais déjà commencé ce travail. Les banques grecques m’avaient alors envoyé la liste des clients possédant plus de 200 000 € sur leurs comptes et il ne me restait plus qu’à comparer ces informations avec leurs déclarations de revenus. Pendant des décennies, le système fiscal ne fonctionnait pas. Nous allons enfin construire un Etat normal, capable de prélever l’impôt.

Quel montant l’Etat grec peut-il espérer récupérer ?
Quelque 4 000 à 5 000 dossiers concernant des comptes non déclarés ont été transmis à la brigade financière grecque. Ils représentent 7 MdsEUR d’impôts non payés. Nous estimons que la Grèce va récupérer au moins 2,5 Mds€. C’est un début car plus de 20 000 comptes sont épluchés, ce qui réserve de bonnes surprises…

Comment faire rentrer cet argent rapidement ?
Le temps est le principal ennemi de notre gouvernement. Ceux qui ont volé le fisc vont être convoqués par la brigade financière. Nous allons leur proposer de déclarer leurs revenus cachés, et en échange, de bénéficier d’une amnistie. Ceux qui refuseront pourront saisir les tribunaux, mais alors la procédure peut prendre jusqu’à cinq ans. Je suis en discussion avec le tribunal d’Athènes pour accélérer la procédure. Les contribuables n’ont pas intérêt à saisir les tribunaux, car cela peut déboucher sur de lourdes amendes et la confiscation de biens.

Les avoirs grecs à l’étranger s’élèvent à près de 120 Mds€. Comment allez-vous les récupérer ?
Nous disposons de documents sur des évadés fiscaux, notamment la liste transmise en 2010 par Christine Lagarde, alors ministre française de l’Economie. Elle contient près de 2 000 noms, armateurs, hommes politiques, médecins, avocats, journalistes… Mais le contrôle de ces données est difficile et nécessite du temps. La Suisse ne nous donne pas tous les renseignements nécessaires. J’ai rencontré le secrétaire d’Etat aux Questions financières internationales pour mettre en place un système d’échange automatique des informations bancaires et repérer les comptes ouverts par des résidents grecs.

Que faire pour imposer les armateurs et l’Eglise ?
Ce n’est pas de mon ressort de décider de les taxer ou non. Leurs privilèges sont inscrits dans la Constitution, et il faudrait donc la réviser, ce n’est pas si simple…

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s